Comment économiser de l’énergie avec un double vitrage ?

Le double vitrage est devenu incontournable dans toutes les constructions immobilières modernes. Grâce à une meilleure isolation qu’avec du simple vitrage, il peut permettre de faire des économies d’énergie. Dans le cadre d’une rénovation, le changement des menuiseries passe donc fréquemment par le double vitrage. Il existe néanmoins plusieurs types de double vitrage entre lesquels il faut choisir, en fonction de votre besoin. Comment faire des économies d’énergie avec un double vitrage ? Réponses.

Fenêtre double vitrage

Pourquoi choisir le double vitrage pour faire des économies d’énergie ?

La composition du double vitrage pour faire des économies d’énergie

La confection du double vitrage est pensée pour vous permettre de faire des économies d’énergie. Ce type de menuiserie se compose de deux vitres, entre lesquelles il existe un espace. Il peut être occupé par de l’air ou par un gaz permettant de renforcer le phénomène d’isolation. Grâce à cette succession de couches de vitres et à cet espace, le double vitrage limite les échanges thermiques entre l’intérieur de l’habitation et l’extérieur.

Passer du simple au double vitrage pour faire des économies

Le passage du simple au double vitrage peut faire faire entre 10 et 15 % des économies de chauffage. La facture annuelle des Français pour se chauffer s’élève en moyenne à 1700 €. Il est donc possible de faire 170 € d’économie, rien qu’en changeant ses menuiseries pour du double vitrage.

En hiver, le double vitrage permet de ne pas perdre le chauffage produit à l’intérieur de la maison. Il limite aussi les entrées d’air froid depuis l’extérieur de l’habitation. De la même façon, cela permet de réduire les échanges thermiques en été. Pour les particuliers utilisant une climatisation, des économies d’énergie sont donc aussi au rendez-vous.

Triple vitrage VS double vitrage

Face aux performances avantageuses du double vitrage, on pourrait être tenté de passer au triple vitrage, pour encore plus de capacité d’isolation. Il est important de souligner que le triple vitrage peut coûter jusqu’à 50 % plus cher que le double vitrage.

À titre indicatif, le coefficient thermique moyen du double vitrage est de 1,1 Ug, contre 0,8 pour le triple vitrage. On estime que le coefficient d’isolation est suffisant à partir de 1.6 Ug. Le double vitrage peut donc parfaitement suffire à bénéficier d’une isolation optimale.

Les types de doubles vitrages

Le double vitrage standard

Le double vitrage standard, que l’on trouve le plus fréquemment dans le commerce, est composé de deux vitres de 4 mm d’épaisseur, et d’un espace de 1,6 cm entre chaque. Il permet de réduire les échanges thermiques de 40 %, par rapport à un simple vitrage classique. C’est donc sans surprise que son installation vous permettra de réaliser d’importantes économies d’énergie.

Le double vitrage phonique

Le double vitrage se compose de la même façon, avec deux vitres et un espace entre chacune. La différence réside dans l’utilisation de vitres d’épaisseurs différentes. Il peut notamment s’agir d’une vitre de 4 mm, associée à une autre vitre de 10 mm. L’asymétrie entre les deux couches de vitres permet de réduire considérablement les échanges phoniques entre l’intérieur et l’extérieur de la maison. Ce type de vitrage est particulièrement indiqué pour les personnes constatant des nuisances sonores.

D’un point de vue isolation thermique, les performances sont similaires à celles d’un double vitrage standard. Si vous n’êtes pas gêné par une rue passante ou une grande route à proximité, vous pouvez donc miser sur un double vitrage classique.

Le double vitrage thermique

Le double vitrage thermique est une autre alternative, privilégiée dans les régions les plus froides. Ce double vitrage, dans l’espace est généralement parcouru d’un gaz comme l’argon permet de maximiser les performances d’isolation. Il peut par exemple être associé à un coefficient de performance de 1 Ug. L’avantage par rapport au triple vitrage, c’est que les utilisateurs peuvent continuer à bénéficier de l’apport de chaleur du soleil à travers la vitre. Il permet néanmoins de bénéficier de performances optimales pour conserver la chaleur à l’intérieur du logement, et éviter les entrées d’air froid.

Le choix des matériaux des menuiseries

Le choix des menuiseries n’est pas seulement esthétique, lorsqu’on choisit de remplacer ces fenêtres. Parmi les matières les plus utilisées pour concevoir les fenêtres, on retrouve :

  • Le bois, avec un coefficient thermique pouvant atteindre 0,69 W/m²K
  • Le PVC, avec un coefficient thermique pouvant lui aussi atteindre 0,69 W/m²K
  • L’aluminium, qui peut être associé à un coefficient thermique de 0,71 W/m²K

Les performances d’isolation étant assez proches, des questions de goût peuvent aussi entrer en ligne de compte. Certains favorisent le cachet du bois pour choisir leurs nouvelles menuiseries. Le PVC est une alternative peu coûteuse, qui peut convaincre pour des raisons budgétaires. L’aluminium est quant à lui un matériau léger, qui prend assez peu de place. Il est aussi disponible en une multitude de couleurs. Si le noir donne un style industriel très en vogue, il se décline aussi en blanc ou encore en gris.

À lire également :